GTranslate

Français العربية 简体中文 繁體中文 English Deutsch עִבְרִית हिन्दी Magyar Italiano 日本語 한국어 Polski Русский Afsoomaali Español ไทย Türkçe Cymraeg Yorùbá Zulu

afrique histoire 6.1 joseph kizerbo

C H A P I T R E 6 Sources écrites à partir du XVe siècle

1.6.1

Les premiers exemples, qui sont aussi les mieux connus, de cette historiographie locale proviennent de la ceinture soudanaise et de la côte orientale de Parallèlement aux profonds changements survenus dans le monde et en particulier en Afrique à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, on observe aussi des changements dans le caractère, la provenance et le volume des matériaux écrits servant de sources pour l’histoire de l’Afrique.

 

Par comparaison avec la période précédente, on peut discerner un certain nombre de nouvelles tendances dans la production de ces matériaux, certaines appartenant

à l’ensemble du continent et d’autres seulement à certaines parties, en général de l’Afrique au sud du Sahara.

 

D’abord, en liaison avec la croissance continuelle des sources narratives de toutes sortes (récits de voyageurs, descriptions, chroniques, etc.), on voit apparaître maintenant en grand nombre des matériaux primaires nouveaux tels que correspondances et rapports officiels, ainsi que ceux des commerçants et des missionnaires, contrats et autres documents d’archives, qu’on ne trouvait auparavant que de façon sporadique.

L’abondance croissante de ces matériaux est une aide bien plus efficace pour l’historien ; mais en même temps il devient de plus en plus difficile d’en avoir une vue

d’ensemble.

 

Par ailleurs, nous pouvons observer une diminution très nette du volume des sources narratives arabes pour l’Afrique au sud du Sahara. En revanche,

c’est cette période qui a vu l’éclosion de la littérature historique écrite en arabe par des autochtones, et c’est seulement depuis cette époque que nous pouvons

entendre des voix d’Africains authentiques parler de leur propre histoire.

Free Joomla! template by L.THEME