Publicité Vidéos ACP

Publicité Vidéos ACP (2)

Groupe L'Harmattan

  • https://www.harmattan.fr/groupeharmattan/

Roukiata Ouedraogo

ACP Montréal Hamidou Savadogo

Ouagadougou, capitale du cinéma africain

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

article 5.6.1

Cinéma Burkinabè

A l'exception de quelques documentaires traitant de l'agriculture ou de l'hygiène réalisée par des Français sous la colonisation, puis par des burkinabé après l'indépendance, rien ne laissait présager que Ouagadougou deviendrait un des pôles mondiaux du cinéma. Pays pauvres, le Burkina Faso n'avait guère d'illusions à exceller dans le domaine du 7ème art. Par ailleurs au lendemain de l'indépendance de la Haute-Volta de l'époque ne semblait guère recéder une pépinière de futurs cinéastes.

Au Burkina Faso, en 1963, le ministère de l'information, manquant de réalisateurs nationaux, du faire appel à des cinéastes français pour analyser les documentaires didactiques. Mais un événement important intervient en février 1969 et va changer profondément le cours des choses : la création du premier festival panafricain du cinéma de Ouagadougou, le FESPACO.

Celui-ci, très modeste, permet le démarrage ; il accueille les représentants de quatre pays africains, 15 films et 10 000 spectateurs enthousiasment.

Cette manifestation, devenu biennal, projette une centaine de films provenant de toute l'Afrique et organise des colloques et un marché du film.

L'année 1970 représente un nouveau tournant pour le cinéma en Haute-Volta Burkina Faso : le pays nationalise son exploitation cinématographique à Ouagadougou et à bobo d'une façon, monopolisé par les grandes sociétés de distribution française. Pour gérer ces salles ont créé la société nationale voltaïque du cinéma, qui va pouvoir tripler en multipliant le nombre de salles dans le pays et en créant un fonds alimenté par les recettes, à pouvoir financer des films de ses nationaux. Un moment boycotté par les distributeurs, la Haute-Volta obtient ensuite un arrangement à l'amiable et peut à nouveau projeter des films venus de l'étranger, tout en restant maîtresse de son exploitation en salle. La victoire de la Haute-Volta a eu un grand retentissement dans toute l'Afrique.

Dans les années qui suivent, des réunions ont lieu entre gouvernement des membres de l'OCAM et aboutisse à la création du CIDC consortium inter africains de distribution cinématographique, dont le but est justement de reprendre en main l'importation de films et les raisons distribution en Afrique. De même un organisme panafricain chargé de produire les films du cinéaste africain est projeté et leurs sièges sociaux seront implantés dans la capitale.

Années d'effervescence dans le monde du cinéma africain, 1970 voient également la profession commencer à se structurer par la création de la F. E. P.A.C.I fédération panafricaines des cinéastes, qui réunit 33 pays et entend protéger le cinéma nationaux naissants.

 

Vidéos ONU Femmes

Diaporama

NetAfrique

  • http://netafrique.net/category/vie-couple/

Friendly University

Free Joomla! template by L.THEME