GTranslate

Français العربية 简体中文 繁體中文 English Deutsch עִבְרִית हिन्दी Magyar Italiano 日本語 한국어 Polski Русский Afsoomaali Español ไทย Türkçe Cymraeg Yorùbá Zulu

Musique du Sahel au Burkina Faso

Article 5.3.5

Musique du Sahel

Le griot qui fait office en Afrique de troubadour est à la fois compositeur et interprète de la musique traditionnelle au Burkina Faso. Quand ils ne circulent pas, tout seul, de village en village, il est souvent compagnie d'autre griot, avec lesquels il forme un orchestre traditionnel, à la cour d'un chef Mossi, voire du Moro Naba.

Ces ensembles musicaux, qui accompagne le champ d'un soliste sont formés surtout de percussions : tambour des scènes et petit tam-tam, qui semble transcrire en rythme et sons les déclamations du griot. Pendant des heures, ce dernier peut raconter les hauts faits de ses maîtres et décliner leur généalogie très compliquée. Largement répandu dans toute l'Afrique de l'Ouest, et en particulier au Burkina Faso, le balafon grand xylophone traditionnel est de toutes les fêtes. Chez les bobo, il rythme les sons des masques à la fin de la saison sèche. Spectacle magnifique qui intègre tous les arts : musique, danse, peintures, sculptures, etc.

Lors de ces grandes fêtes traditionnelles le balafon est souvent accompagné des tam-tams ainsi que de nombreux instruments à vent, comme les sifflets, les flûtes, les clarinettes et les trompes.La flute traversière prédomine chez les Bisa, les Mossi, les Sénoufo et aussi chez les Peul. Très musiciens, les Lobi su sud ouest du Burkina Faso, au cours des longues marches en brousse, improvisent des airs très nostalgiques sur un sifflet taillé dans le bois, qu’ils portent suspendu au cou.

Les Gourounsi ont inventé un véritable langage sifflé. Virtuose de la clarinette bobal, les Bisa qui vivent au sud du pays Mossi joue également un instrument à vent qui est typique de leur ethnie : le boumpa, dont le son rappelle celui du saxophone.

 

Free Joomla! template by L.THEME