GTranslate

Français العربية 简体中文 繁體中文 English Deutsch עִבְרִית हिन्दी Magyar Italiano 日本語 한국어 Polski Русский Afsoomaali Español ไทย Türkçe Cymraeg Yorùbá Zulu

Commerce afrique de l'ouest du 5eme siècle au 11eme

 

 

Article 3.1.31 Les différentes formes de commerce, afrique de l'ouest, afrique ancienne du Ve siecle aux Xi e siecles

 Les diverses formes de commerce

Les échanges locaux, plus ou moins étendus, existent certainement depuis longtemps, pour certains produits essentiels comme le sel ou les métaux, pour des objets de parure aussi, qui sont transportés parfois sur de grandes distances.

Certaines zones, où le développement technologique est intense, deviennent des lieux de forte production de matières premières, d’élaboration de produits finis, des escales dans le transport de ces produits le long des réseaux qui se sont progressivement organisés. L’archéologie a, ces dernières années, totalement révélé l’existence de tels réseaux au sud des fleuves Sénégal et Niger, sur lesquels toutes les autres sources étaient muettes 85 ; ainsi se trouve beaucoup mieux éclairée la genèse d’ensembles politiques comme le Takrūr, le Ghana ou Gao.

 

Au cours des cinq siècles que nous étudions, le commerce a pris un développement spectaculaire dont le fleuron est le commerce transsaharien.

Il existait avant le début de l’époque un certain commerce interne au Sahel et sans doute des liaisons avec la vallée du Nil et avec l’Afrique du

Nord, surtout par une liaison entre le lac Tchad, le Kawār et le Fezzān. Les indices que nous possédons (métrologie, numismatique, trouvailles en Afrique

occidentale) permettent de poser l’hypothèse que ce fut l’adoption des transports par chameau qui rendit le commerce à grande distance rentable

à travers le désert. Il n’en reste pas moins qu’à partir de 800 environ, une expansion explosive de ce commerce a eu lieu. Le système saharien classique

avec les exportations de l’or et de vivres vers le nord contre l’importation de sel du désert et de produits manufacturés du Nord s’est mis en place à notre

époque86. Ce commerce s’étend même très loin vers le sud.

 

Dès le IXe siècle, il déverse probablement des milliers de perles à Igbo-Ukwu ; ce site est aussi relié à la mer vers le sud87. Et vers 1100, le commerce atteint les lisières de la forêt, dans la région qu’on appellera plus tard la Gold Coast (actuel Ghana).

Au nord aussi bien qu’au sud du désert, l’expansion du commerce transsaharien a eu de grandes conséquences. Parmi elles d’abord l’épanouissement

des organismes étatiques, du Maroc à l’Égypte entre le VIIIe et le XIe siècle ;

 

84. Dates à partir du IXe siècle : M. Posnansky et R. J. McIntosh, 1976, p. 170 ; O. Ikime (dir.

pubi.), 1980, p. 68 -72.

85. S. K. McIntosh et R. J. McIntosh, 1981 ; J. Devisse, 1982.

86. Voir chapitres 11, 12, 13, 14, 15 et 27 ci-dessus.

87. T. Shaw, 1970.

828

l’afrique du viie au xie siècle

  

il en va de même, au sud, de l’Atlantique au Tchad, pendant les mêmes siècles. Ensuite, bien entendu, le commerce entraîna le développement de groupes de marchands plus ou moins fortement structurés et plus ou moins dépendants de pouvoirs politiques. Le rôle de l’Éthiopie dans le commerce international s’effondre avec

les changements importants dans le grand trafic de l’océan Indien du VIe au VIIIe siècle : Adoulis perd son rôle et Axum périclite. La côte d’Afrique orientale

prend au contraire bien plus d’importance, même si nous connaissons mieux, pour le moment, les étapes de sa transformation après le XIIe siècle

qu’avant.

 

 

Dès le VIIIe siècle on trouve des traces d’importation de la côte somalienne à celle du Mozambique méridional88. Ici aussi, l’or joue un rôle

important, surtout au sud. Ici aussi, le commerce international s’inscrit dans le cadre d’un commerce régional vigoureux. On exporte de l’or, de l’ivoire,

du bois et des esclaves, ainsi que quelques produits de luxe, les importations comprenant des produits de luxe, comme les perles et les tissus. Échange

inégal déjà, mais échange inégal qui donne un coup de fouet au développement des communications internes ; on tente du moins de le prouver pour les

régions du Limpopo89 où ce commerce accélère ou renforce la construction de grands ensembles politiques.

 

 

 

 

Free Joomla! template by L.THEME